Cet article est également disponible en: English Deutsch Italiano Español

Pourquoi ? Quoi ? Comment ? et Où ?

Pourquoi ?

Le monde de l’entreprise évolue rapidement, et les entreprises se sentent souvent dépassées par leur terminologie, alors que leurs bases de données grossissent un peu plus chaque jour en raison de leur expansion vers d’autres marchés.

Documenter la terminologie n’est que la première étape pour assurer la continuité, lorsque vous localisez votre contenu dans le but de développer votre activité. La réelle difficulté, cependant, consiste à documenter toutes ces informations importantes. Chaque langue possède des termes qui peuvent se traduire de plusieurs manières, mais toutes les traductions ne conviennent pas à tous les contextes. C’est pourquoi choisir un terme et l’utiliser systématiquement pour la localisation de votre contenu garantit une utilisation cohérente des termes et la qualité de vos traductions.

Ce blog présente les différents aspects de la gestion terminologique.

Quoi ?

En tant qu’entreprise, vous souhaitez faire passer un message précis à vos clients. Il est crucial d’employer les mêmes termes pour désigner les mêmes choses. Vous évitez ainsi toute confusion, et vous véhiculez une image cohérente, organisée et consciencieuse.Il est important de commencer à réfléchir à ce que vous souhaitez inclure dans votre base terminologique et de définir les différentes catégories des termes propres à votre activité et à votre entreprise.

Selon la norme ISO 1087-1, la terminographie se définit comme la « partie du travail terminologique portant sur la consignation et la présentation des données terminologiques ». La terminographie consiste à recueillir des informations sur le concept, à réunir les termes potentiels, à évaluer les informations recueillies et à consigner les entrées dans une base terminologique.

La documentation d’un terme spécifique dans une base terminologique se justifie de plusieurs manières. Selon la nature de votre activité, voici les catégories que vous souhaiterez sans doute documenter dans une base terminologique :

• Terme source
• Définition (la source de la définition peut également être utile)
• Domaine/sujet
• Partie du discours (verbe, nom, adjectif)
• Contexte – description du contexte d’utilisation du terme.
• Terme cible
• Statut d’utilisation (préféré/approuvé/rejeté)
• Utilisation géographique (région/pays d’utilisation)
• Nombre (Singulier/Pluriel)
• Genre (Masculin/Féminin)

Les professionnels de la localisation déconseillent de documenter les termes dits « généraux » dans une base terminologique, puisque selon le contexte, ces termes se traduisent différemment, et la personne qui les rencontre doit imaginer le contexte. Par conséquent, plusieurs personnes rencontrant un même terme pourront imaginer un contexte différent.

Comment ?

Les exemples suivants sont tirés d’un Webinaire de la Globalization and Localization Association (GALA), « Terminology Management—Documenting Terms, Once and For All », présenté par Barbara Inge Karsch de Bik Terminology.

Noms

Les termes les plus documentés dans les bases de données terminologiques françaises sont les noms. Ils représentent quelque 90 % de la totalité des termes documentés dans une base terminologique, suivis par les verbes et les adjectifs. Nous présentons ci-dessous quelques règles générales de la documentation des noms :

• Les noms sont normalement documentés au singulier, à moins qu’il ne s’agisse de noms massifs.
SALLE et non SALLES
OXYGÈNE (nom massif)
• Il est préférable de documenter les noms sans article défini ni indéfini. Un nom documenté avec son article risque de ne pas être identifié comme correspondant à l’objet de la recherche dans la base de données et ne sera donc pas inclus aux résultats présentés à l’utilisateur.
SALLE et non LA SALLE
SALLE et non UNE SALLE
• Si le nombre grammatical est pluriel et fait partie du nom, le nombre est conservé.
Nations unies et non Nation unie
• La casse (majuscule ou minuscule) des noms de produits doit être respectée et correctement reproduite
iPhone et non iphone, ni Iphone
• Les mots composés précédés d’un article s’écrivent comme ils se prononcent à l’oral.
Les États-Unis et non États-Unis, Les

Verbes

S’ils sont certes moins courants dans les bases terminologiques que les noms, les verbes ne sont pas négligeables dans les terminologies professionnelles.

Les règles générales de consignation des verbes dans une base de données sont les suivantes :

• Les verbes doivent être consignés sans flexion verbale (lettres supplémentaires ajoutées aux verbes selon les règles de conjugaison)
PRÉVOIR et non PRÉVU
PRÉVOIR et non PRÉVOYANT
• En anglais, les verbes ne doivent pas être précédés par la particule « to » lorsqu’ils sont enregistrés dans une base terminologique
FORECAST et non TO FORECAST

Adjectifs

Règles générales liées à la consignation des adjectifs dans une base terminologique :
• Les adjectifs doivent être enregistrés sous leur forme positive et non fléchie. Pour les langues romanes, comme le français et l’italien, l’adjectif sera consigné au masculin, considéré comme la forme la plus simple.
FORT et non FORTE
FORT et non FORTS

Où ?

Les entreprises documentent leurs termes de différentes manières et sur différentes plateformes. Cela dépend essentiellement de la taille de l’entreprise ou de la base de données terminologique, du budget alloué à la localisation et aux systèmes de gestion de la terminologie, et de la maîtrise de la gestion terminologique. Parmi les bases de données terminologiques courantes que nous avons rencontrées jusque-là :

• Systèmes de gestion de la terminologie
• Documents Word
• Feuilles Excel

Excel

Si votre entreprise est de petite taille et si vous cherchez une solution à bas coût, voire sans coût pour commencer, Excel paraît très indiqué.

Vous trouverez ci-dessous un exemple pour l’anglais, fourni par Barbara lors de son Webinaire et pouvant servir de modèle pour vous aider à structurer les informations à consigner.

Désignation d’une base de données terminologique (Karsch, 2019)

Il convient de noter cependant que la solution Excel ne conviendra et ne répondra à vos besoins que pendant un certain temps. Au fur et à mesure que votre entreprise grandira et que votre gamme de produits ou de services s’étendra avec l’objectif potentiel de vous ouvrir à d’autres pays, votre terminologie Excel s’enrichira au point de devenir impossible à gérer. Veillez à réagir avant qu’il ne soit trop tard et adoptez un système de gestion terminologique dès que possible.

Outils de gestion de la terminologie

Il existe de nombreux outils de gestion terminologique sur le marché, et il vous faudra identifier l’outil le mieux adapté à votre activité. Le choix de l’outil de gestion terminologique qui vous convient dépend de nombreux facteurs. En voici quelques-uns :

• Objectifs – Définissez vos objectifs et recherchez l’outil qui répond le mieux à vos besoins et à ceux de votre entreprise.
• Domaine – Le contenu des entreprises industrielles peut inclure de nombreuses images et des concepts liés les uns aux autres, et c’est pourquoi ces sociétés auront besoin de consigner un plus grand nombre d’informations. Dans le secteur de l’informatique, cet aspect sera moins important et le besoin de catégorisation des termes se ressentira moins.
• Outils existants – De quels outils disposez-vous et que devez-vous modifier pour améliorer la gestion terminologique au sein de votre entreprise ?
• Budget – C’est là un facteur important qui pèsera lourdement dans votre processus de décision. Avant de prendre une décision, il sera judicieux de consulter plusieurs fournisseurs afin d’avoir une idée des coûts à prévoir.
• Utilisation – Vous pourrez opter pour une solution permettant seulement une gestion interne de la terminologie ou pour une solution basée sur le cloud et accessible par d’autres acteurs de votre entreprise.
• Processus – Selon le workflow envisagé pour la gestion terminologique, différents outils proposeront diverses options.

Récapitulatif

La gestion d’un grand nombre de données et d’informations liées à votre activité peut s’avérer difficile et laborieuse. En prenant les bonnes décisions au bon moment, vous parviendrez à créer et à gérer efficacement ces données.

Si vous voulez, dans un premier temps, vous essayer à cette opération, gardez à l’esprit les recommandations suivantes :

• Recueillez et classez dès le départ vos données par catégorie.
• Consignez soigneusement les informations en respectant les meilleures pratiques.
• Avant toute décision, étudiez les différents outils et sélectionnez celui qui répond le mieux à vos besoins.

N’hésitez pas à demander conseil à votre prestataire de services linguistiques sur la manière de démarrer votre gestion terminologique. Il pourra vous conseiller sur l’extraction, la création et l’adaptation de votre base terminologique pour les langues visées, et vous aider dans la migration ou le nettoyage des terminologies existantes.

Ici, chez Ultimate Languages, notre équipe connaît parfaitement la gestion terminologique et la création de glossaires. Pour en savoir plus à ce sujet, lisez nos articles intitulés Principes fondamentaux de la traduction et Traductions techniques : mode d’emploi.

Si vous avez des questions ou besoin d’assistance sur votre gestion terminologique, n’hésitez pas à nous contacter.

Références

Organisation internationale de normalisation (2000). ISO 1087-1:2000. Disponible sur : https://www.iso.org/standard/20057.html (lien actif en date du 12 mars 2019)
Karsch, B. I. (2019) Terminology Management—Documenting Terms, Once and For All. Disponible sur : https://www.gala-global.org/ondemand/terminology-management%E2%80%94documenting-terms-once-and-all (Lien actif en date du 7 février 2019)