Cet article est également disponible en: English Deutsch Italiano Español

Dans cet article, nous espérons dissiper toute confusion concernant la terminologie employée pour décrire l’étape d’un projet de traduction, qui consiste à faire appel à une deuxième paire d’yeux pour vérifier un document traduit avant sa publication.

La terminologie utilisée ici est tirée de la documentation officielle de la norme ISO 17100 relative aux services de traduction.

Avant d’aller plus loin, permettez-nous de vous poser la question suivante : « Lorsque vous rédigez votre contenu source, combien de personnes au sein de votre entreprise le relisent avant sa publication ? »

Si nous vous posons cette question, c’est parce que les clients rechignent souvent à payer le coût supplémentaire qu’une révision fait peser sur leur projet. Si je touchais un centime à chaque fois que je m’entendais dire « donc, vous voulez que je paye en plus, pour faire relire votre travail ? », je roulerais sur l’or.

Sérieusement, je suis sûre qu’au moins deux personnes ont participé à la création du contenu écrit de votre entreprise pour en garantir la qualité, alors pourquoi devrait-il en être autrement pour la traduction ? À mon avis, la question ne devrait même pas se poser.

Maintenant que je vous ai convaincu de l’importance de cette démarche, je vais vous présenter les différents services et étapes qui interviennent dans le processus de traduction de vos projets.

Relecture

La définition officielle de la relecture fournie par ISO est :

« (un) examen bilingue du texte source et du texte cible afin de vérifier son adéquation avec l’objet convenu. »

Dans ce cas, un traducteur est assigné au rôle de relecteur. Son travail consiste à se munir du document source et du document cible (version traduite) et de comparer les deux textes juxtaposés, pour s’assurer que le traducteur a su produire une version localisée de la source dans la langue cible requise.

Les vérifications effectuées à cette étape sont les suivantes :

  • Consultation des guides de style et des glossaires, afin de vérifier qu’ils ont été correctement et systématiquement respectés
  • Vérification de l’orthographe, de la grammaire et de la ponctuation, à des fins de qualité

Dans le scénario idéal, le traducteur et le relecteur communiquent entre eux, afin d’améliorer la traduction et de livrer un texte de la meilleure qualité possible.
Ils sont tous les deux des traducteurs attitrés du client et possèdent le même niveau de connaissances et de maîtrise du sujet.

Révision

La définition officielle de la révision fournie par ISO est :

« (un) examen monolingue du texte cible afin de vérifier son adéquation avec l’objet convenu. »

La révision peut être confiée au relecteur intervenu à l’étape précédente ou à un troisième traducteur assigné au rôle de réviseur. Nous pensons qu’il est préférable de confier la relecture et la révision à la même personne, afin de raccourcir les délais d’exécution et de maîtriser les coûts. Comme dit le proverbe, « trop de cuisiniers gâtent la sauce », mieux vaut donc garder le niveau de subjectivité au minimum.

Ici, le réviseur se contente de lire la traduction dans la langue cible, afin de vérifier qu’elle est agréable à lire et cohérente.

Ce qui compte, c’est que vos futurs lecteurs aient l’impression de lire un contenu rédigé dans leur langue maternelle, et non un contenu traduit. C’est là le plus beau compliment qu’on puisse faire à une traduction, qu’elle ne montre pas, justement, qu’il s’agit d’une traduction.

Les vérifications effectuées à cette étape portent plus sur l’adéquation et le caractère approprié du contenu au vu du public et de la culture visés. Il est question ici de localisation. Et puis il est toujours bon de vérifier une fois de plus l’orthographe. 

Correction

La définition officielle de la correction fournie par ISO est :

« (la) révision du contenu dans la langue cible et correction avant l’impression ».

Chez Ultimate Languages, nous réservons la correction aux projets de traduction impliquant un élément de composition ou de mise en page.

Si vous confiez la PAO multilingue à votre agence de traduction partenaire, pensez à faire relire les fichiers avant de les faire imprimer.

Le processus de traduction peut donc inclure les étapes suivantes :

Il est généralement conseillé de confier au traducteur d’origine la correction de la traduction finale replacée dans son contexte. Il procède aux vérifications suivantes :

  • Linguistiques : le texte traduit a-t-il été correctement incorporé dans le document composé ? Si oui, répond-il à la finalité visée ?
  • Esthétiques : certaines parties du texte ont-elles été accidentellement coupées ou supprimées ? Les images localisées ont-elles été placées au bon endroit ?
  • Fonctionnelles : la police convient-elle à la langue cible ? La taille de la police est-elle adaptée au public visé ?

Le traducteur compile toutes les éventuelles modifications à apporter dans un fichier qui est ensuite transmis au service de PAO qui chargé d’appliquer les corrections requises. Plusieurs lots de modifications sont parfois nécessaires, alors vérifiez auprès de votre agence de traduction partenaire le nombre de modifications prévu dans son devis.

Faire appel à vos ressources internes

Ne vous méprenez pas, certains aspects de ce processus pourraient être confiés à vos collaborateurs, du moins s’ils sont des locuteurs natifs des langues que vous ciblez.

Ultimate Languages travaille avec des clients qui ont par le passé fait appel aux compétences linguistiques de leurs équipes internes, établies dans les pays visés. Avant de solliciter vos collaborateurs, il est bon de se poser les questions suivantes :

  1. Quel rôle/quelle tâche allez-vous confier à votre collaborateur ? Relecture ? Révision ? Correction ?
  2. Cette tâche entre-t-elle dans le cadre de ses attributions et de ses responsabilités quotidiennes/hebdomadaires ?
  3. A-t-il le temps matériel de collaborer avec votre agence de traduction partenaire pour les tâches telles que la création d’un guide de style et d’un glossaire ?
  4. Y a-t-il une autre personne capable de remplacer le collaborateur si ce dernier est absent ou indisponible ?

Pour garantir la production d’une traduction de la meilleure qualité possible, il est primordial que la personne que vous allez charger du processus de révision dispose du temps nécessaire pour s’acquitter au mieux de cette tâche. Si cela n’est pas possible, mieux vaut confier ce travail à votre agence de traduction partenaire. Cela dépend du volume de travail ou du caractère urgent que revêt votre projet, d’autant que cela ne vous engage en rien pour vos futurs besoins. N’hésitez pas à en parler aux personnes intéressées, afin d’étudier les options les plus réalistes.

Nous espérons que cet article vous aura éclairé sur les différentes étapes du processus de traduction et le profil des professionnels qui les exécutent. Pour toute question relative à la relecture, la révision ou la correction, n’hésitez pas à contacter un membre de l’équipe d’Ultimate Languages ici.